Aller au contenu principal

L’association a défini trois projets transversaux pour 2017-2018 :

1. La laïcité en pratiques au Moulin Vert

Le Conseil d’administration a engagé bénévoles, professionnels et usagers de l’association dans l’élaboration de repères pour l’accompagnement de personnes vulnérables. Enquête, recueil d’avis et organisation de débats structurent cette démarche.

Cette démarche vise à aider les équipes professionnelles à :

  • S’attacher à prendre en considération l’évolution de la prise en compte des droits des personnes accompagnées, impliquant le respect de sa vie privée, de sa liberté fondamentale, de son libre arbitre et de ses convictions ;
  • Développer une laïcité qui puisse être perçue comme intégrative et non exclusive ;
  • Entendre les demandes de chacun tout en respectant le principe de laïcité ;
  • Distinguer ce qui relève du religieux de ce qui n’en relève pas ;
  • Adopter une posture professionnelle ;
  • Trouver des appuis pour refuser une demande et expliquer un refus ;
  • Trouver les relais possibles au sein de l’institution et en dehors.

Un document illustré des situations concrètes paraîtra au cours du premier semestre 2017.

2. Le défi de l’inclusion pour tous

L’association réaffirme ses orientations au service de l’inclusion des personnes en situation de handicap, de fragilité sociale ou de dépendance. Lors de sa journée du 26 janvier 2016 «l’Inclusion : pour tous ?», elle a placé d’emblée les personnes au premier plan de ses préoccupations. Elle s’attache à offrir aux personnes accueillies ou accompagnées les soutiens à une inclusion qui répondent à leurs besoins et leurs attentes. Elle propose donc de :

  • Prolonger, renforcer, développer les actions de l’association Le Moulin Vert en faveur de l’inclusion et traduire ainsi, concrètement, l’engagement renouvelé de l’association dans le soutien de la citoyenneté des personnes et dans la contribution de ses activités à la dynamique des territoires ;
  • Soutenir les équipes dans leurs initiatives et innovations au service de l’inclusion des personnes en situation de handicap, de fragilité sociale ou de dépendance.

En novembre 2017 seront présentés lors d’une nouvelle journée associative les pratiques et expérimentations en cours, leurs impacts et conditions de réalisation évalués avec méthode.

Des projets structurels sont en cours d’élaboration. Ils nécessitent une évolution profonde du projet d’établissement et des changements de posture professionnelle (externalisation d’unités d’enseignement, accompagnement à domicile…). Ils visent notamment :

  • le renforcement de la qualification et de l’insertion professionnelle et une évaluation des conditions de celles-ci ;
  • l’exercice de la citoyenneté et de la capabilité : dans les foyers de l’enfance, ESAT et Ehpad ;
  • l’intégration de lieux culturels ordinaires par des enfants en situation de handicap ;
  • l’ouverture des établissements à leur environnement.

Le changement de regard des personnes en situation de vulnérabilité sur elles-mêmes et de la société sur elles est une finalité.

Enfin, la parole est donnée aux personnes accompagnées pour soutenir et faire émerger la parole sensible et « faible ». Entendre leur point de vue est un objectif de la politique associative d’inclusion. Dans ce sens, plusieurs récits, films voire documentaires la porteront.

 

Ci-dessous, quelques exemples des projets structurels :

  • La compagnie « Ça roule ma boule » : avec le soutien de la Ville de Colombes, du Département des Hauts-de-Seine et du Conseil Régional d’Île-de-France, les adolescents de l’EMPro de Colombes créent chaque année un spectacle de nouveau cirque qu’ils présentent dans la programmation courante de la Cave à théâtre, salle de spectacle de Colombes. Leurs talents et compétences ainsi valorisés font évoluer le regard porté sur eux par leur environnement. Un documentaire va venir témoigner de cette aventure artistique et humaine.
  • Entrer en Ehpad ? Un passage si sensible dans un parcours de vie : pertes, gains, regrets, espoirs… Un premier échange filmé sur ce sujet, présenté lors de la journée associative du 26 janvier 2016, a surpris et bouleversé les spectateurs. Témoigner, donner son avis, analyser, débattre, autant de contributions des résidents que l’association entend favoriser et valoriser.
  • La citoyenneté en actes : les équipes éducatives des Maisons à caractère social valorisent et développent les opportunités pour les jeunes de contribuer à l’échange général, de s’inscrire positivement dans l’espace public, caractéristiques d’une citoyenneté de plein droit. Rendez-vous à la prochaine journée associative pour en savoir plus sur la manière dont ils s’engagent, donnent du temps et de l’énergie aux autres.
  • La danse comme vecteur de rencontre : cinq enfants accompagnés par l’IME de Blérancourt sont inscrits au cours de modern jazz (association DKDanse) de l’école de danse de Beautor, ville où ils habitent. Leurs difficultés d’élocution ou leur inhibition ne sont plus au premier plan et une histoire chorégraphique commune se crée, se parle, se danse. Une représentation annuelle donne à voir cette cohérence.
  • Les unités d’enseignement externalisées, des projets en marche : dans l’Eure, les échanges avec des établissements scolaires vont permettre à des jeunes de l’IME de disposer d’une classe et d’une salle d’activités au sein d’un établissement de droit commun. Un enjeu important est la reconnaissance par la société, qu’ils sont des élèves à part entière. Dans l’Aisne, la municipalité de Blérancourt va mettre à disposition des locaux au sein de l’école pour que les enfants en situation de en situation de handicap y reçoivent une partie de leur enseignement scolaire.
  • L’accès à l’apprentissage pour les jeunes en situation de handicap : à Kérozer, les relations nouées avec les Centres de formation des apprentis de la région, vont permettre d’ouvrir les possibilités de formation qualifiante pour les jeunes accompagnés par l’IMPro, leur permettre d’exercer leur choix d’orientation avec plus d’éléments d’appréciation.
  • Des coopérations fructueuses en Picardie : le Centre éducatif de formation professionnelle du Mesnil Théribus qui organise des formations qualifiantes va proposer aux jeunes des IME de Blérancourt des préparations aux métiers de l’horticulture, de l’entretien des espaces verts et des services en milieu rural.

3. Le dossier informatisé de l’usager

Vers un système de partage d’informations interdisciplinaire (SPIID) au service des personnes accompagnées.

Le respect de la vie privée est un droit fondamental, or les ESMS doivent pour exercer leurs missions, partager des informations qui relèvent de la vie privée des personnes accompagnées.

Le partage des données permet de mettre à la disposition de plusieurs professionnels des informations utiles à la coordination et à la continuité des soins ou à l’intérêt de la personne.
Le dossier de la personne accueillie est le lieu de recueil et de conservation des informations formalisées, organisées et actualisées, utiles à la coordination et à la continuité des soins ou à l’intérêt de la personne.

A partir de septembre 2016, l’association déploie un outil commun qui a pour objet de garantir le droit des personnes à une information régulière et sécurisée sur les prestations qui la concernent, de fiabiliser la transmission des données, de faciliter l’organisation des établissements et services.

Deux vagues successives de structures seront concernées par le déploiement qui est prévu pour durer 18 mois